jeudi 30 novembre 2006

Salade de céleri pomme-orange-crevettes


Voici une petite entrée de saison qui a sa touche d’originalité !

Salade de céleri pomme-orange-crevettes

Pour 4 personnes

1 poignée de grosses crevettes
1 céleri-rave
1 orange non traitée
1 pomme verte (Granny Smith)
1 jus d’un citron
2 cuillères à soupe d’huile
sel-poivre

Eplucher le céleri puis le râper avec une grille à gros trous. Ajouter le jus de citron. Mettre le tout à étuver dans une sauteuse pendant une dizaine de minutes à couvert. Saler et poivrer.

Pendant ce temps, prélever le zeste de l’orange et le faire blanchir pendant 2 minutes. Recueillir le jus de l’orange et réserver.

Evider la pomme et la râper sans la peler. Ajouter-la au céleri. Arroser de jus d’orange et d’huile. Mélanger. Disposer les crevettes, décorer avec les zestes d’orange. Servir tiède.

jeudi 23 novembre 2006

Gratin de patates douces "muy caliente"

Aujourd’hui, il fait un temps à ne pas mettre un lapin dehors. Il fait froid, gris, il pleut…Vous avez envie d’un bon plat consistant, facile à réaliser et délicieux ? Oui ! Alors je vous propose cette nouvelle recette : le gratin de patates douces muy caliente car les choses simples sont bien souvent les meilleures ;-).

Gratin de patates douces "muy caliente"

Pour 4 personnes
Temps de préparation 1h30
2 patates douces
1 jus de citron
1 cuillère à café de cumin en poudre
1 cuillère à café de purée de piment
1 cuillère à thé de piment de Cayenne
1 cuillère à café de paprika
du fromage râpé
du jambon cru ou fumé

Préchauffer le four thermostat 7. Pendant ce temps, brosser les patates douces, les rincer si nécessaire. Les mettre dans le four. Faire cuire pendant environ 1 heure. Une fois cuites, ouvrir les patates, extraire la chair puis l’écraser à l’aide d’une fourchette afin d’obtenir une purée. Ajouter les piments, le paprika, le jus de citron. Mélanger le tout puis mettre la purée dans un plat à gratin. Saupoudrer le fromage râpé puis remettre au four en position grill pendant 7-8 minutes. Le dessus doit être bien gratiné. Servir chaud accompagné de jambon cru et de salade verte.

mercredi 22 novembre 2006

Petit lapin blanc "so cute" (sans gluten)


Petite, je detestais les oeufs durs. Un jour mon père m'a présenté ce petit lapin tout mignon. Un petit lapin rien que pour moi ! Aujourd'hui, je deteste toujours autant les oeufs durs mais présentés de la sorte, je n'arrive pas à les refuser. So cute !

Par personne
1 ou 2 oeufs durs
1 peu de sauce tomate (ketchup, sauce barbecue)
2 morceaux d'olive noire pour les yeux

Découper la partie verte qui servira à confectionner les oreilles (cf.schéma). Essayer dans la mesure du possible de ne pas toucher au jaune.
Faire une entaille sur le "haut de l'oeuf", pas trop profonde. Couper en 2 la partie verte puis insérer les 2 oreilles en pressant légèrement l'oeuf. Poser les morceaux d'olive pour former les 2 yeux du pinpin, puis avec une pointe de couteau préalablement trempée dans du ketchup, former le nez et la queue. Voilà c'est terminé ! Les perfectionnistes pourront réaliser des moustaches avec des brins de ciboulette.

samedi 18 novembre 2006

La soupe de petits pois sauce citron - menthe douce (sans gluten)


Aujourd’hui, j’avais très envie de vous présenter l’une de mes plus belles découvertes : la soupe de petits pois sauce citron-menthe. Une soupe totalement hors saison qui peut être servie froide ou chaude, en bol en entrée ou en verrine pour l’apéritif. Cette recette est ultra simple, légère, goûteuse et peu onéreuse, que lui demander de plus !

Vous trouverez une bonne partie des ingrédients au rayon surgelé mais si le cœur vous en dit vous pouvez également la réaliser au printemps avec des petits pois frais.

La soupe de petits pois sauce citron - menthe douce
Pour 4 personnes

Pour la soupe
Une poignée d’oignons surgelés ou un gros oignon coupé en morceaux
450 gr de petits pois extra fins surgelés ou frais
1 grosse pomme de terre ou 2 petites épluchées et découpées en petits morceaux
1 litre de bouillon de légumes (le mien : 1 cube + un litre d’eau filtrée)
2 gousses d’ail dégermées

Pour la sauce
2 gousses d’ail dégermées
1 citron
de la menthe douce surgelée ou fraîche
2 cuillères à soupe d’huile d’olive

Faire revenir les oignons dans un peu de matière grasse (huile d’olive), lorsqu’ils deviennent translucides ajouter les petits pois, les morceaux de pommes de terre, les 2 gousses, puis le bouillon de légumes. Faire cuire une vingtaine de minutes à feu moyen. S’assurer en les piquant que les pommes de terre sont cuites. Laisser refroidir une dizaine de minutes puis mixer le tout. Rectifier l'assaisonnement si nécessaire.

Pour la sauce : presser le citron. Mettre le jus dans un petit bocal qui se ferme. Ajouter l’ail écrasé au presse-ail ou coupé en tous petits morceaux puis l’huile d’olive. Fermer le bocal et bien l’agiter. Reserver au frais.

Verser la soupe froide ou chaude dans des petits bols, saupoudrer de menthe douce et ajouter un filet de sauce citron- ail- huile d’olive. Servir.

Tartelettes choco-orange "on ne se voit pas dedans" (avec gluten)

Hier, deux fonds de tartelettes attendaient sagement d’être remplis. Pour faire plaisir à mon cher et tendre, je les ai simplement remplies de chocolat noir parfumé à l'orange. L' inconvénient : l’arôme remonte à la surface du chocolat ce qui gâte un peu la présentation mais au niveau du goût, rien à redire, c’est divin. Si vous souhaitez une présentation irréprochable, supprimez l’arôme ou introduisez le dans une ganache.

Garniture chocolat / orange

Du bon chocolat à dessert
De l’arôme orange
Pistaches et oranges confites pour la décoration

Faire fondre le chocolat (sans eau, ni lait) par petite quantité (6-8 carrés) au four à micro-onde. Remuer le chocolat. Ajouter l’arôme d’orange. Remplir les tartelettes. Les mettre dans un endroit frais en évitant le réfrigérateur car le froid fait blanchir le chocolat. Lorsque le chocolat commence à prendre, disposer les pistaches ainsi que l’écorce d’orange. Pour un effet "pro" : lustrer les pistaches avec du sirop d'agave ou du miel.

A savoir : Le sirop d'agave est extrait d'un cactus. Il permet de sucrer sans modifier le goût des aliments. Il est vendu généralement en supermarché bio.

vendredi 17 novembre 2006

Tartelettes "on se voit dedans" (avec gluten)


Voici un petit goûter bien sympathique que tout le monde apprécie, la tartelette à la confiture ! Une recette simple : des fonds de tartes préalablement cuits, votre confiture préférée et le tour est joué. Un vrai jeu d'enfants.

Pâte sablée
Pour une grande tarte / pour 9 tartelettes diviser par 2 les proportions

200 gr de farine
125 gr de beurre
2 jaunes d’œuf
60 gr de sucre en poudre
½ cuillère à café de sel

Mélanger en effritant du bout des doigts la farine, le sucre, le sel et le beurre. Quand le mélange est sableux, ajouter les 2 jaunes afin de lier la pâte. Former une boule puis l’aplatir. Laisser reposer au réfrigérateur pendant 45 minutes – 1 heure. Etaler la pâte puis découper les fonds à l'aide d'un emporte-pièce dentelé. Disposer-les dans des petits moules à tartes. Piquer la pâte puis la recouvrir de haricots secs avant de la faire cuire à four doux thermostat 5 (150°c) pendant 15-20 minutes.

Astuce : étaler la pâte directement sur du papier sulfurisé cela évitera de la briser en la déposant dans le moule.

Garniture à la confiture
1 très grosse cuillère à soupe par tartelette environ
1 ou 2 pincée d'agar-agar (facultatif)

Faire chauffer la confiture à feu doux. Lorsqu'elle est bien chaude et liquide la verser dans les fonds de tartelettes. Filtrer la confiture pour un effet "gelée" ou "miroir". Mettre dans un endroit frais.
Astuce : si la confiture est trop liquide ajouter, pendant que la confiture chauffe, une ou deux pincées d'agar-agar puis porter à ébullition. Verser ensuite dans les fonds de tartelettes.

N.B : l'agar-agar est un gélifiant naturel très puissant obtenu à partir d'une algue. Vous le trouverez dans les épiceries asiatiques ou dans les magasins bio.


mercredi 15 novembre 2006

Velouté de persil sans gluten


Moules potatoes, cookies : vous saturez ? Envie de légèreté ? D'originalité ? Cette soupe est pour vous !
Voici ma version d'une recette que vous retrouverez ici http://www.marmiton.org/recettes/recette.cfm?num_recette=36419

Soupe de persil au chèvre frais
4 personnes
1 litre de bouillon de légumes
1 botte de persil plat
1 quart d'oignon de Roscoff
1-2 gousses d'ail dégermées
1 petit fromage de chèvre frais style crottin
1 petit morceau de beurre
1 cuillère à soupe de crème fleurette ou soja (facultatif)
sel, poivre

Sur feu doux, mettre le beurre avec l'oignon émincé et le persil préalablement lavé. Faire suer pendant 3-4 minutes. Ajouter le bouillon. Porter à ébullition puis laisser cuire à feu moyen 10-15 minutes. Pour finir, ajouter un quart du fromage de chèvre et l'ail écrasé . Mixer le tout. Rectifier l'assaisonnement. Servir chaud en présentant à côté le reste de fromage coupé en dès et poivré. Décorer la soupe avec un filet de crème.

NB : pour une soupe plus épaisse ajouter une pomme de terre à la préparation.

lundi 13 novembre 2006

Le cookie, une histoire d'homme



Un jour j’ai rapporté de la bibliothèque un ouvrage de cuisine destiné aux jeunes enfants. Il s’intitulait « la cuisine c’est simple » ou quelque chose dans ce genre. Je l’avais ramené pour mon tendre et cher qui ne cuisine pour ainsi dire jamais. Les recettes de cet ouvrage ne comportaient aucune difficulté et les photos illustraient un agréable résultat. Ainsi j’espérais provoquer chez lui une sorte de déclic culinaire. Malheureusement, il n’a pas daigné le feuilleter. Tant pis, je décidais, avant de le rendre, de recopier quelques recettes dont celle des cookies.

Puis vint mon anniversaire. Pour ce jour particulier, il existe une règle coutumière bien établie : je ne cuisine jamais. Je me contente de déterminer le menu. Mon choix s’est porté sur des cookies. J’ai donné la recette à mon tendre et cher et depuis ce jour, il a eu un véritable déclic cookie ! La photo que vous pouvez admirer représente le fruit de son œuvre et pour ma part je dois vous avouer que je n’ai jamais mangé de cookies aussi bons que les siens . D’ailleurs après chaque dégustation, les compliments fusent : « c’est une tuerie», « trop bon » ou « tes cookies, ils déchirent ». A bon entendeur.

Avant de vous révéler cette recette, un petit conseil : si vous êtes peu nombreux n’hésitez pas à diviser les proportions par deux car une fois que l’on a mis le nez dedans il est impossible de se raisonner…jusqu’à l’overdose ;-)

Cookies
Pour 20 pièces

125 gr de beurre
90 gr de sucre roux
1 œuf
125 gr de beurre de cacahouète
2 ou 3 gouttes d’extrait de vanille
90 gr de sucre cristallisé
200 gr de farine
1 pincée de sel
½ cuillère à café de levure chimique
des pépites de chocolat (faites-les vous-même en découpant une plaque de bon chocolat dessert)

Préchauffer le four à 180 °c. Battre le beurre et les 2 sucres afin d’obtenir une crème onctueuse. Ajouter l’œuf, le beurre de cacahouète et l’extrait de vanille. Mélanger la farine, la levure et le sel. Rassembler les deux préparations. Pour finir ajouter les pépites de chocolat. Sur une plaque de cuisson recouverte de papier sulfurisé, faire des petits tas de pâte, les aplatir légèrement. Mettre au four pendant 14 minutes. Laisser refroidir avant de les détacher de la plaque.

Pour des cookies tout chocolat : remplacer le beurre de cacahouète par du nuttela et ajouter à la farine 30 gr de chocolat en poudre non sucré. Mettre des pépites au chocolat blanc. Pour information, mon intégriste du chocolat préfère la version au beurre de cacahouète.

dimanche 12 novembre 2006

Moules marinières - potatoes et Mister super oignon


Samedi représente un jour important car c’est le jour du marché ! Quelquefois pour y aller, nous peinons à nous lever mais lorsque nous y parvenons, notre témérité est grassement récompensée. Nous revenons les bras chargés de bonnes choses : légumes de saison, viandes succulentes et fromages affinés…C’est l’occasion de se concocter un délicieux repas de midi.

Aujourd’hui, mon choix s’est porté sur des moules. Par acquis de conscience, j’ai interrogé mon tendre et cher « qu’est-ce que tu veux pour midi ? » - « un bon steack » m’a t-il répondu (réponse classique de sa part) - « oh non, je préfère des moules » (réponse classique de ma part de septembre à fin décembre) - « ok » - fin de la discussion. Super, j’ai vraiment de la chance, il n’est pas contrariant. En fait, il connaît mon amour démesuré pour ces délicats petits mollusques. Il sait que je suis capable du pire. A titre d’exemple, je pourrais lui dire : « si tu dis non je pleure !!! », ou pire : « explique moi en détail pourquoi tu ne souhaites pas de moules ce midi ?? Quelles sont les motivations de ton refus ? » . Je pense qu’en s’exprimant par un simple « ok », il a tout simplement émis le désir d’éviter tout débordement ou explication inutiles. Parfait. Alea jacta est, nous mangerons ce midi des moules with Oven roasted Potatoes. Yeah ! Exit les french fries !


Pourquoi me demandez-vous ??

Nos raisons sont les suivantes : la 1ère, nous ne possédons pas de friteuse ! Oui, je sais qu’il existe de très bonnes frites au four au rayon surgelé de n’importe quel extra super fantastique hyper - marché. Mais Non ! Nous préférons largement ces délicats morceaux de pommes de terre, enrobés d’une légère couche d’huile parfumée et dorés au four qui sont communément appelés des « Potatoes » (PATATOZ) ou « Oven roasted potatoes » (patates rôties au four). Vous noterez immédiatement que la traduction française manque de panache. Aussi nous nous devons, et ce en toutes circonstances, d‘utiliser la terminologie anglo-saxonne. La 2èmeraison : c’est bien meilleur, la 3ème : c’est moins gras et la 4ème pour la route : plus de corvée d’épluchages ! En résumé, il suffit de les tester pour les adopter.

Résultat des courses, notre panier était rempli de moules de bouchot (AOC du Mont Saint Michel, je préfère vous préciser la provenance de ces moules, car elles sont comme je les aime : petites, charnues et bien moelleuses), des pommes de terre et un gros oignon de Roscoff.

La raison pour laquelle j’ai choisi un oignon rosé de Roscoff ?

En fait, je ne saurais vous le dire car j’achète systématiquement des oignons de Roscoff. C’est devenu un réflexe. Dans mon for intérieur, j’espère que cela impressionne les autres clients - ils pensent probablement que je maîtrise à la perfection les attributs de chaque oignon et peut être même qu’ils se disent tout bas « punaise, si elle le choisit, c’est qu’elle a de bonnes raisons, elle sait ce qu’elle fait, c’est une PRO de l’oignon ! »

Si vous recherchez des raisons concrètes d'acheter cet oignon, promenez-vous sur le site de l’office du tourisme de Roscoff. Vous y apprendrez que c’est un oignon très doux et fruité, qu’il fond dans la bouche lorsqu’il est cuit, et que cerise sur le gâteau :

- il est riche en vitamine C. Au petit déjeuner, pourquoi ne remplaceriez-vous pas votre orange juteuse par un bon oignon de Roscoff ??

- il prévient des cancers du colon et des maladies cardiovasculaires.

De plus, le site ne mentionne aucune contre indication en matière de fraîcheur d’haleine.

En conclusion, nous pouvons dire que nous sommes en présence de Mister Super-Oignon. Précisons toutefois, que verbalement vous vous devez de conserver les termes « oignon de Roscoff » car la dernière appellation manque affreusement de classe… Ne dites surtout pas « j’ai fait des moules marinières avec Mister Super Oignon et des patates rôties au four d’après une recette de suiksuik cuisine », dites : « j’ai réalisé des moules de bouchot AOC du Mont Saint Michel marinières à l’oignon de Roscoff accompagnées d’oven roasted potatoes » à prononcer bien entendu avec l’accent britannique BCBG. Quant à la source, inutile de préciser « suiksuik cuisine », les connaisseurs la reconnaîtront ;-).


Moules marinières
Pour 2 personnes

1 litre de moules de bouchot
1 verre de vin blanc (une piquette)
1 feuille de laurier
¼ de gros oignon de Roscoff à défaut un oignon jaune ou 2 échalotes
un petit morceau de beurre
Du thym
Du persil « frisé »

Trouver un gentil mari qui acceptera sans chouiner de gratter et de laver les moules (je suis désolée mais je ne prête pas le mien ). Découper l’oignon très finement puis le faire revenir sans coloration dans un peu de beurre dans une grande casserole, faitout ou cocotte. Dès qu’il devient translucide, ajouter le verre de vin, le laurier et le thym. Porter à ébullition. Ajouter les moules. Cuire à couvert pendant 7 à 8 minutes en agitant de temps en temps la cocotte afin que toutes les moules soient cuites. Vérifier que les moules sont bien ouvertes. Parsemer de persil « frisé » puis servir sans attendre.

Technique pour des potatoes
Des pommes de terre
Du gros sel
Du sel fin
Du persil plat
1-2 cuillères à soupe d’huile d’olive. Pour avoir une idée du dosage pour 7 petites patates j’ai mis une cuillère d’huile.

Laver les pommes de terre, les essuyer. Les couper (sans les éplucher) en 2 puis recouper en 3 chaque partie obtenue. Bien les essuyer avec un torchon propre pour retirer l’amidon. Les disposer dans un plat et ajouter 1-2 cuillères à soupe d’huile d’olive. Avec vos mains, enrober d’huile chaque morceau de pommes de terre. Mettre au four thermostat 8 pendant 35-40 minutes. Penser à les remuer pendant la cuisson. Les sortir, les saupoudrer de gros sel puis de sel fin. En dernier lieu, ajouter le persil ciselé. Servir immédiatement.

samedi 11 novembre 2006

Entremets chocolat-banane sans gluten-sans lait


Voici une petite recette fraîchement sortie de mon imagination. Je souhaitais me débarrasser avec panache d'une banane trop mûre. Lorsque j'invente une recette je dois respecter quelques grands principes. Tout d'abord, une recette doit plaire à mes proches. Malheureusement pour moi je suis entourée d'intégristes du chocolat... (cf. ma note sur le pain d'épices). Autrement dit, mon premier principe est qu’un dessert doit nécessairement comporter du chocolat. Viennent alors les autres principes, si je souhaite que ma sœur y goûte, il faut que la recette soit sans gluten, sans lait de vache et sans (ou quasi sans) graisse. Une fois que ces règles sont respectées, je peux laisser vagabonder mon imagination ! Vous noterez qu' il ne lui reste plus beaucoup de place…

Entremets chocolat-banane
Pour 3 personnes

1 banane bien mûre
2 cuillères à soupe de farine de riz complet
1 verre (15cl) de lait végétal
1 œuf
1 cuillère à café de purée d’amande
6 carrés de chocolat noir
1 cuillère à café de cacao en poudre
1 cuillère à soupe de sucre de canne
1 sachet de sucre vanillé
1 pincée de bicarbonate de soude

Mettre le lait à chauffer au four micro-onde, lorsqu’il est bien chaud y déposer les carrés de chocolat. Remuer jusqu’à ces derniers soient complètement fondus. Dans un récipient, mélanger la farine, les sucres, le bicarbonate, l’œuf, le cacao. Ajouter le lait chocolaté refroidi puis la purée d’amande. Ajouter ensuite la banane écrasée et bien mélanger. Verser la préparation dans des petits ramequins. Mettre à four froid, thermostat 7 pendant 30-35 mn environ. Vérifier la cuisson avec l’aide d’un cure dent. Lorsqu’ils sont cuits et refroidis, placer les ramequins au réfrigérateur toute une nuit (attention : chaud ce n’est pas bon). Le lendemain démouler les entremets, puis saupoudrer de cacao comme sur la photo. Sinon autre variante : les découper en petites bouchées et de les servir avec du thé ou du café.

Cette recette est un 1er essai que je compte prochainement améliorer. La texture n'est pas parfaite, on dirait du plastique mais le gôut est agréable !

vendredi 10 novembre 2006

Mini blinis champinoisettes et marins (sans gluten)




Ma recette classique de blinis provient du site le marmiton. Je l’ai transformée afin qu’elle soit sans gluten et sans lait. Après modification des ingrédients sans toucher aux proportions, je peux vous dire que le résultat est entièrement satisfaisant. Ces mini blinis sont aussi bons que ceux réalisés avec du yaourt et de la farine classique. Pour les garnir, j’ai décidé de changer un peu. Pour aujourd’hui, pas de tarama ni de saumon, ces petits blinis seront dédiés aux végétariens ! Mon choix s’est porté sur du tartare d’algues et des champignons.



Pour le tartare, j’avoue l'avoir acheté en supermarché bio. Il est délicieux mais un poil cher. Il est composé de 30% d'algues (dulse, laitue de mer, wakamé), d'huile d'olive vierge extra, de cornichons et câpres au vinaigre, d'oignons, d'huile de noix, d'échalotes et d'ail.

Concernant les champignons, j’ai souvent constaté au détour de mes lectures culinaires que les cuisiniers les associaient aux noisettes. C’était l’occasion parfaite pour tester et je ne regrette pas car c’est tout simplement divin !

Pour les mini blinis
Ingrédients pour 4 personnes

1 pot de yaourt au soja
1 pot de farine de riz
1 œuf
1 pincée de bicarbonate de soude
Mélanger le yaourt et l’œuf. Ajouter le pot de farine de riz puis la pincée de bicarbonate. Bien mélanger. Déposer une cuillère à café de pâte dans une poêle chaude à revêtement antiadhésif (sans graisse). Utiliser le dos de la petite cuillère pour étaler la pâte et former des petits cercles. Attendre que des petites bulles se forment à la surface des mini blinis pour les retourner. Servir chaud ou réchauffé.

Garniture pour mini blinis Champinoisettes
des champignons de Paris,
de l’huile de noix,
des noisettes en poudre.
Passer rapidement les champignons sous un filet d’eau. Les émincer et les disposer dans un plat. Ajouter un gros filet d’huile de noix. Bien mélanger. Réserver au frais. Au moment de servir, disposer les champignons sur les mini blinis et saupoudrer de noisettes en poudre.

mercredi 8 novembre 2006

Rouelle de porc glacée au miel de châtaignier et à la coriandre fraîche (avec ou sans gluten)


Quel beau nom pompeux pour dissimuler un vulgaire morceau de porc à morphologie rebutante ! Au supermarché ou au marché, qui a véritablement envie de repartir avec une viande perforée par un os et cerclée par une énorme couenne grasse ?

Il faut se rendre à l’évidence notre rouelle n’a pas bonne presse, pourtant elle est pourvue de nombreux atouts dont un majeur : son prix défie toute concurrence. J’ai eu la mienne pour 3€50. Qui dit mieux ???

Une autre de ses qualités ? On peut facilement la métamorphoser en plat fin et raffiné. A vos rouelles !


Rouelle de porc à la coriandre
pour 4 personnes

Une rouelle de porc
2 cuillères à soupe de sauce soja shoyu (avec gluten) ou tamari (sans gluten)
2 cuillères à soupe de miel de châtaignier ou autre
quelques feuilles de coriandre fraîches ou surgelées

Découenner et désosser la rouelle. Dans un bol mélanger la sauce soja choisie (shoyu, tamari) et le miel, badigeonner la rouelle avec cette préparation puis la déposer dans le plat avec10 à 15 cl d’eau. Mettre au four chaud Thermostat 6-7. Cuire 35 à 40 mn (en fonction du poids de la bête). Attention : une cuisson trop longue dessèche la viande.
Pendant la cuisson, arroser régulièrement et veiller à ce que le miel ne brûle pas, pour cela vérifier qu’il reste de l’eau dans le plat. Une fois cuite, découper la rouelle en tranches. Enrober les morceaux de sauce. Ajouter les feuilles de coriandre et servir avec du riz basmati parfumé.

mardi 7 novembre 2006

Salade de clémentines, amandes et pistaches


C’est la saison ! Profitons des clémentines ! Mais que faire de cet énorme filet de 2 kilos de clémentines ??? Une salade de clémentines bien sûr !

Salade de clémentines, amandes et pistaches - sans gluten, sans oeuf, sans lait - pour 2 personnes
7-8 petites clémentines
1 cuillère à soupe d’eau de fleur d’oranger (si vous utilisez celle de la marque vahiné réduisez la dose à 1 cuillère à café)
1 cuillère à soupe rase de miel ou de sirop d’érable (facultatif)
une pincée de cannelle en poudre
2-3 cuillères à soupe d’amandes effilées
1 cuillère à soupe de pistaches émondées

Peler à vif les clémentines, les découper puis les déposer dans un récipient. Ajouter l’eau de fleur d’oranger, le miel ainsi que la cannelle en poudre. Mélanger puis mettre au frais.

Juste avant de servir, faire griller les amandes dans une poêle à sec c’est à dire sans matière grasse. Surveiller attentivement car les amandes colorent très rapidement. Concasser les pistaches soit dans un mortier soit à l’aide d’un mini hachoir. Mettre dans des petits verres ou ramequins 2 à 3 cuillères à soupe de clémentines, puis ajouter les amandes et pour terminer saupoudrer de poudre de pistaches. Servir sans tarder.

lundi 6 novembre 2006

Jour de fête sans gluten ! Muffins et crêpes au sarrasin


Le 5 novembre, c'était ma fête ! Pour l'occasion, ma sœur m'avait concocté un délicieux repas sans gluten. Poireaux bien fondants, saumon fumé et dès de feta se sont joyeusement retrouvés au sein d'une crêpe au sarrasin !

Généralement, je n'apprécie pas ces crêpes, je trouve que la farine de sarrasin donne de l’amertume et de l’acidité aux préparations mais il est vrai que je ne connaissais que celle du supermarché. Je ne sais pas si c'est une question de marque de farine mais il s'est avéré que ces crêpes étaient parfaites. Résultat, Je suis repartie avec la recette.

Pour 6 crêpes au sarrasin:

1 verre de farine de sarrasin bio (15 cl)
2 verres et demi de lait végétal
1 œuf
1 pincée de sel
Mélanger l’œuf avec le lait, puis verser le tout petit à petit dans la farine. Donner un petit coup de mixer à pied pour éviter les grumeaux.



Pour le dessert, elle avait préparé des muffins au chocolat et à l’orange à sa façon, la recette de base est aux framboises ! Ne vous fiez pas aux apparences, ces petites merveilles ne contiennent aucune matière grasse (sauf celles contenues dans le chocolat).



Voici la recette de base à la framboise :


Pour 8-9 muffins

140 gr de farine de riz complet
70 gr de sucre de canne complet (on peut réduire le sucre à 35 gr)
125 ml de lait de riz ou de soja
1 oeuf
1/2 cuillère à café d'anis ou cannelle ou autre selon les goûts
1 pincée de bicarbonate de soude
2 gouttes d’essence d’amande
des framboises (surgelées ou fraîches)

Regrouper tous les ingrédients secs dans un saladier et tous les ingrédients liquides (sauf les fruits) dans un autre (bien mélanger le lait et l’œuf). Mélanger les 2 contenus. Graisser un moule à muffins s'il n'est pas en silicone, mettre une cuillère à soupe de pâte puis des framboises puis recouvrir avec la pâte. Faire cuire 20-25 mn Thermostat 6-7.

De multiples variantes sont possibles : avec du chocolat en poudre, des noix, des noisettes, un carré de chocolat, de l’essence d’orange…



samedi 4 novembre 2006

Pain d'épices "reviens-y"


Voici une délicieuse recette de pain d'épices. Cette recette est magique puisqu'elle a notamment converti un intégriste du chocolat.
Pour mémoire, un intégriste du chocolat est une personne totalement réticente aux desserts ne présentant aucune trace de produits cacaotés, en l'espèce il s'agissait de mon tendre et cher mari.
Après moult dégustations, il a déclaré d’un ton très solennel que ce pain d'épices avait véritablement un goût de "reviens-y".

Excuse toute trouvée pour s'empiffrer les dernières tranches…

Ingrédients :

250 g de miel (choisir si possible un miel typé comme celui de châtaigniers)
200 g de farine complète
50 g de farine blanche
100 g de sucre de canne
½ sachet de levure chimique
1 sachet de sucre vanillé
1 cuillère à café de cannelle en poudre
1 cuillère à café d’anis vert
½ cuillère à café de muscade râpée
1 cuillère à café de gingembre en poudre
1 cuillère à café de 4 épices
2 œufs
10 cl de lait végétal
Quelques écorces d’oranges confites coupées en petits morceaux

Mélangez tous les ingrédients secs (y compris les écorces d’oranges) dans un récipient. Pendant ce temps, faites chauffer le miel sur feu très doux. Une fois liquide, versez-le dans le récipient. Mélangez tous les ingrédients.
Ajoutez les œufs un par un puis le lait végétal préalablement chauffé.
Chemisez un moule à cake avec du papier sulfurisé et remplissez-le de pâte.
Mettez le pain au four T. 4/5 pendant 1h30 à 2 h.

Attention : la cuisson doit être très douce et longue sinon le pain sera sec.

Laissez refroidir puis enveloppez le dans du film plastique. Attendez 24 heures avant de le déguster. Le résultat en image et sans trucage !